Beaune – La Dilettante, Bar à vins

Le portrait du maître des lieux sur le tonneau

J’aime ces endroits où à peine arrivé, je me sens comme à la maison. Par la maison j’entends ces bars à vins où installé au bar, j’ai l’impression de me retrouver chez Miguel à La Vinateria del Call, Barcelone.

Ici c’est Laurent et sa sœur qui accueillent. À l’affiche une très belle carte de vins, à majorité bourguignonne mais pas que. À l’arrière une multitude de bouteilles qui ne demandent qu’à être sorties des étagères.

Carte des vins en bouteille

Le premier soir (premier jour à Beaune) nous avions soif de découvertes et nous avons opté pour les vins au verre afin de découvrir de nouveaux vignerons.

(liste des vins au verre sur la petite planche)

Petite mise en bouche avec le Bourgogne aligoté du domaine Chevrot. Frais, aux parfums d’agrumes et de chevrefeuille, il n’a pas dénoté avec notre très belle assiette de poireaux crayon au bœuf séché. J’ai continué avec la même maison sur le Maranges blanc qui m’a confirmé que ce domaine était vraiment à suivre. Ses vins généreux et gourmands sont une belle introduction à la Bourgogne.

Poireaux crayon au bœuf séché

Suite des festivités avec le croque-madame accompagné de sa salade sauce ponzu. La sauce ponzu est à base de soja et yuzu et donne à la salade un côté exotique et sucré. Le croque-madame était généreux et plein de bonnes choses. Il se maria très bien avec mon verre de Hautes Côtes de Beaune d’Emmanuel Giboulot, et encore mieux avec le Maranges 1er Cru les Roussots de la Maison en Belles Lies. Le côté rustique du vin se combina merveilleusement bien avec le bon pain épais du plat, et la synergie entre les arômes de viande fumée du croque-madame et des fruits sauvages du vin fut superbe.

Pour finir la gaufre fut un très bon choix surtout accompagnée du crémant de Céline et Laurent Tripoz.

Un Crémant avec une jolie personnalité

Nous n’avons pas eu l’occasion de goûter le tataki de bœuf mais le fait de le voir préparer devant nous nous mis l’eau à la bouche. Réservation prise pour le lendemain afin d’y goûter et de profiter de l’ambiance sympathique de la cave à manger.

Le mur de bouteilles

Le lendemain nous avons voulu être moins épars dans nos choix vineux. Au lieu de choisir au verre, nous voulions une bouteille sur la table mais une bouteille différente, capable de nous transporter en dehors de ce que nous connaissions déjà. Surtout que nous apprîmes à notre arrivée une mauvaise nouvelle : pas de tataki de bœuf disponible ce jour-là. Déception que nous avons contrecarré en choisissant de partir sur une planche fromage-charcuterie.

La planche de charcuterie..

… et celle de fromages

Incapables de se mettre d’accord sur un vin, nous demandâmes conseil au maître des lieux. Il nous posa des questions sur ce que nous aimions en général en Bourgogne et après nous avoir entendu citer Colin, Roulot, Ramonet, nous ramena trois bouteilles :
le Rully de Vincent Janthial-Dureuil, un Beaunes 1er Cru de Butterfield et le Bourgogne blanc de Lucien Lemoine. Il nous indiqua que tous ces vins étaient assez rares, et en particulier le Lucien Lemoine. Et devinez donc ce que nous avons pris ?

Lucien Le Moine, Bourgogne blanc, 2014

Ce fut une superbe découverte sur laquelle nous ne nous serions jamais orientés tous seuls. D’ailleurs nous n’aurions pas pu puisque ce vin n’était pas sur la carte, ni sur les étagères. Et pour cause : Laurent nous apprit ce soir-là que la sélection à l’étage n’était vraiment que la partie émergée de l’iceberg. Ses stocks sont assez importants ce qui lui permet de faire varier sa carte toute les semaines. Ainsi la clientèle locale y trouve toujours de nouveaux noms et ne s’en lasse pas.

Mais parlons un peu plus du vin. Ce Bourgogne fut le parfait équilibre entre gourmandise et majesté. Encore jeune, il offrait cependant déjà de belles notes de beurre et noisette. L’ensemble était équilibré entre fraîcheur et corps rond, et la finale ne semblait jamais s’arrêter. Un « simple » Bourgogne qui rend heureux et envieux de ceux qui peuvent accéder à des bouteilles d’appellations plus « nobles » (90% de la production part à l’export).

À la fin de la soirée nous étions donc très heureux, et pour terminer en beauté :

Les fameuses gaufres

Une adresse indispensable à Beaune.

La Dilettante
Adresse : 11 Rue du Faubourg Bretonnière, 21200 Beaune
Téléphone : 03 80 21 48 59
Réservation (presque) obligatoire

Décoration & bar

Carte des mets

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s