A lire – Autour d’une bouteille d’Irouleguy, Gilles Berdin

Livre - Autour d'une bouteille d'irouleguy - gilles berdinUn livre très intéressant pour ceux qui s’intéressent aux vins du pays basque, et en particulier ceux de l’AOC d’Irouléguy.
Onze portraits sont réalisés, et présentés sous forme d’interviews. Je vous présente ici un rapide résumé de chaque vigneron/domaine, mais vous en saurez plus en lisant le livre.

Domaine Arretxea
Le domaine de Michel et Françoise Rouspeyrous est l’un des plus connus de l’appellation Irouleguy. Leur blanc se retrouve sur les meilleures tables, ainsi que leur cuvée élevée en barriques « Haitza » qui signifie le chêne. Michel a repris la ferme familiale et la transformait en domaine viticole au début des années 90, apres avoir travaillé 4 ans avec Peio Espil pour monter le GAEC du Domaine Ilarria. Aujourd’hui le domaine est composé de 8,5 hectares conduits en agriculture biologique puis biodynamique et produit environ 40 000 bouteilles. L’encépagement est dominé par le tannat à 50%, cépage que le couple aime beaucoup et qui est en conséquence très présent dans leur vin rouge. Le couple aime leur travail et en parle avec passion.

Domaine Etxegaraya
Marianne Hillau a pris la gouvernance du domaine Etxegaraya après la disparition de son mari. Elle travaille ses vignes sans œnologue, ni maître de chai en suivant les pratiques de l’agriculture classique. Suite à une demande du grand Kermit Lynch (marchand de vin américain très influent) elle ne filtre plus, ni ne colle ses vins.

Domaine Ametzia
Jean-Louis Costera fait partie de ses personnalités qui dégagent une aura très sympathique. Il raconte en riant qu’il s’est lancé dans la viticulture avec « beaucoup d’inconscience »… Aujourd’hui en agriculture classique, il laisse ses chèvres nettoyer les herbes folles entre les vignes à sa place, et son neveu prendre doucement les rênes de sa production de 25 000 bouteilles.
Un passage qui m’a marqué (il parle d’une chapelle) : « N’oubliez pas de faire une petite prière pour nous les vignerons. Je ne suis pas sûr que Dieu entendra ; je sais seulement qu’elle vous fera certainement du bien. »

Domaine Bordaxuria
Elorri Reca est la plus jeune vigneronne/œnologue que Gilles Berdin rencontrera sur sa route des vins d’Irouleguy. Avec sa sœur (également œnologue) et son compagnon, elle a repris l’ancien domaine familial de 8 hectares et produit son premier vin en 2014.

Domaine Ilarria
Peio Espil, après avoir passé de nombreuses années en tant que militaire pour des missions humanitaires, a repris au milieu des années 80′ le domaine familial. Influencé par la pensée de Masanobu Fukuoka (en quelques mots : laissez faire la nature) et le courant de la non-culture, il s’est lancé dans le bio en 1996, et devient par la suite adepte des pratiques naturelles pour la viticulture et viniculture de ses 10 hectares de vigne.

Domaine Bordatto 
Le couple Aphaule n’a pas d’attache familiale dans le vin mais leurs expériences professionnelles leur confirment leurs volonté de produire leurs propres cuvées. Ils rachètent en 2001 50 ares de vignobles… et 2,50 hectares de vergers (pommiers) et décident alors de faire du cidre et du vin. 2 ans plus tard, la première production 100% tannat est lancée (aujourd’hui 1500 bouteilles). Elle sera complétée par le Joko, vin muté à l’eau de vie de pommes. Les cidres eux sont élaborés dans le même esprit que le vin, et sont aujourd’hui proposés sur des prestigieuses tables françaises.

Domaine Brana
Le grand-père de Jean et Martine (sa sœur) Brana était négociant en vin. Son fils a continué ce métier et a décidé de planter également de la vigne en 1986, afin que Jean qui venait de finir ses études puisse s’en occuper. Cette nouvelle aventure fut un succès puisque le domaine Brana, aujourd’hui 20 hectares, est l’un des domaines les plus connus d’Irouleguy pour la qualité de leurs vins mais également pour leurs innovations, comme la plantation en 1986 des premières vignes en blanc. En biodynamie jusqu’en 2003, ils sont repartis sur une pratique raisonnée de l’agriculture. Aujourd’hui ils produisent 150 000 bouteilles dont la cuvée Bizi Berri qui met en avant les cépages oubliés du pays Basque (1/3 CF, 1/3 arrouya 1/3 erremaxaoua).

Domaine Gutizia 
Le nom du domaine signifie : « ce que l’on a désiré, ce que l’on a voulu ». Sébastien Clauzel a toujours voulu produire son vin, et sa femme venant de Biarritz ils souhaitaient accomplir leur rêve dans la région. Depuis 2011, ils cultivent 4 hectares en fermage du domaine Etxegarra, en agriculture raisonnée. Les 12 000 bouteilles sont déclinés en rouge et rosé.

Cave d’Irouleguy
Elle a été créée en 1952, sous l’impulsion d’Alexandre Bergouignan qui est resté à la tête de l’institution pendant 30 ans, avant de laisser la place à son fils pendant 20 ans. Alexandre Bergouignan est une des plus grandes figures du vin dans la région, et est très souvent cité par les vignerons interrogés dans ce livre. Son engagement envers l’AOC Irouleguy a marqué les esprits et a contribué à l’essor de l’appellation au Pays Basque, et au-delà des frontières (régionales et internationales).
Aujourd’hui la production de la cave comprend 90% de vins en AOC, et 10% en vin de pays, ce qui montre l’amélioration de la qualité des vins. Une gamme large s’est développée et les vins blancs sont très appréciés de la presse et du public. La cave essaie de toujours innover : aujourd’hui elle propose des vins effervescents (vinifiés à Bordeaux), et aimerait se lancer dans la production de vins passerillés (même si pour l’instant l’INAO n’a pas donné son feu vert).
Xavier Pierre en est le directeur et Pierre Laxague le président, et ils administrent ensemble 300 adhérents.

Domaine Abotia
Jean-Claude Errecart a toujours voulu créé son vin, et a commencé à planter sa vigne en 1986/1987. Après avoir longtemps envoyé ses raisons à la cave coopérative, il décide (après en avoir longtemps discuté avec Alexandre Bergouignan), de se lancer dans l’aventure de la vinification, en même temps que Étienne Brana. Aujourd’hui ses 8,5 hectares, repris par son fils Peio, sont cultivés en agriculture raisonnée ; les vins passent dans des barriques de chêne américains pour leur donner un léger goût toasté.

Domaine Herri Mina 
Jean-Claude Berrouet est une légende du vin français, puis que c’est lui qui fut à la tête de la vinification des vins de Jean-Pierre Moueix (Petrus) de 1964-2008. Originaire du Pays Basque (il est de la 3e génération implanté à Bordeaux), il a décidé de construire son domaine là où se trouve ses racines. C’est Jean Brana, son ancien élève, qui gère le domaine en agriculture raisonnée et la vinification au quotidien. A travers ses vins, il cherche à laisser s’exprimer la nature. Sa production (6-8k bouteilles) est fortement reconnu à l’étranger (surtout aux Etats-Unis).

 

Autour d’une bouteille d’Irouléguy
Gilles Berdin
Editions Elytis
Disponible dans de chouettes librairies, et à la cave d’Irouleguy

Publicités

Une réflexion sur “A lire – Autour d’une bouteille d’Irouleguy, Gilles Berdin

  1. Pingback: Sud-Ouest – Irouleguy – Cave d’Irouleguy | LARRY LEVAN 20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s