A voir – Saint-Amour, Delepine-Kervern

Film-Saint-Amour-
Tous les ans, Bruno fait la route des vins… sans quitter le salon de l’Agriculture ! Mais cette année, son père, Jean, venu y présenter son taureau champion Nabuchodonosor, décide sur un coup de tête de l’emmener faire une vraie route des vins afin de se rapprocher de lui. Et s’ils trinquent au Saint-Amour, ils trinqueront bien vite aussi à l’amour tout court en compagnie de Mike, le jeune chauffeur de taxi embarqué à l’improviste dans cette tournée à hauts risques entre belles cuvées et toutes les femmes rencontrées au cours de leur périple…

Avant d’aller au cinéma, on avait envie d’aimer ce film : des réalisateurs que l’on apprécie, de sérieux acteurs de cinéma, un sujet de société qui nous intéresse et un univers viticole que l’on adore. Mais quand on sort de la séance, on est gêné d’être déçu par/pour ce long-métrage. Car on aurait vraiment aimé en faire notre film culte.
Saint-Amour est bourré de bonnes intentions, d’excellentes idées, de guests-stars inattendus… et de sketchs à deux doigts de marcher. Et c’est ce qui dominera le film : on est à deux doigts d’être dans une comédie loufoque (type Dikkenek), deux doigts d’être dans du cinéma absurde (type Wrong), deux doigts d’être dans le film bien franchouillard (type Premiers Crus). A force d’être à deux doigts, les film est malheureusement nulle part. La mayonnaise ne prend pas car on ne sait jamais sur quel pied danser, si on doit avoir de la pitié ou non pour les personnages, s’ils méritent qu’on les aime et qu’on s’y intéresse. Entre blagues potaches, dialogues parfois un peu abscons et situations aberrantes (dont la fin), le ridicule n’est jamais loin sans que cela soit suffisamment barré pour tomber dans du vrai loufoque. Heureusement le trio Depardieu-Poelvoorde-Lacoste sauve un peu la mise (avec une mention spéciale pour le petit dernier).

Saint-Amour reste quand même un film pas désagréable à regarder avec certaines bonnes scènes, mais il ne mérite malheureusement pas l’appellation Grand Cru qu’on aurait adoré lui décerner.

Sortie nationale : 2 mars 2016
Durée : 1h37
Acteurs : Gérard Depardieu, Benoît Poelvoorde, Vincent Lacoste, Céline Sallette

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s