Que boire à la Berlinische Galerie ?

04 - Entrée de la Berlinische GallerieBière, sekt, schnaps… l’Allemagne produit divers sortes de boissons alcoolisées et sa capitale Berlin recèle d’adresses formidables où les découvrir.
Mais que boit-on à la Berlinische Galerie ?

Berlinischegalerie - Philipp Franck - Nach der Feier

Philipp Franck – Nach der Feier (1902)

Devant le Nach der Feier de Philipp Franck, le message paraît plus qu’explicite !
Quitte à faire local, choisissons une Weissbier berlinoise, la Berliner weiss.

Berlinischegalerie - Alexander Kanoldt - Stillleben III mit Amaryllis

Alexander Kanoldt – Stillleben III mit Amaryllis (1926)

Le vin n’est pas oublié dans cette patrie, le pays est d’ailleurs le 8ème producteur mondial. Le riesling de Mosel est très apprécié bien sûr, mais également le vin italien comme le laisse deviner la bouteille typique de Chianti, entourée de son panier d’osier.

[Quelques explications sur l’œuvre : « from 1921 to 1926, Alexander Kanoldt investigated the « still world » of objects in over seventy paintings. Due to its warm colours and reticent sensuality, this still-life proves far less cool than its smooth surface might originally suggest. The objects arranged on and below the table in this painting become actors relating to each other on stage: the sword-shaped leaves of the yellow curtain, the well-read book flirts with the open cigar box, the pink petals of the plant and the flowery pattern on the tea cup enter into competition with the red colour of the cloth and the wine bottle. » ©Berlinische Galerie]

Berlinischegalerie - Max Beckmann - die Liebespaar

Max Beckmann – das Liebespaar (1912)

Ce qui est sûr c’est que l’homme boit du vin. Mais la femme ? Devant cet oeuvre de Max Beckmann il est probable que celle-ci ne se contente que d’une tasse de thé. Ah l’égalité des sexes…

Berlinischegalerie - Max Beckmann - Selbstbildnis mit Sektglas

Max Beckmann – Selbstbildnis mit Sektglas (1919)

L’œuvre de Max Beckmann a donné lieu à une exposition récente à la Berlinische Galerie. De nombreuses peintures furent montrées lors de cette rétrospective, y compris des autoportraits. Beckmann aimait s’y représenter avec des apparats de prestige : costume élégamment coupé, cigarette ou cigare et… verre de champagne à la main.

Quelques explications sur l’œuvre : « »Woke up late à cause de sparkling wine », Max Beckmann wrote in his diary in 1909. In the 1920s, when the artist was living in peaceful Frankfurt Am Main, he enjoyed the Berlin nightlife on many trips to the metropolis and made it a theme of his works. J.B. Neumann, Beckmann’s art dealer and friend for many years, reported of their nocturnal outings together: « Regardless of whether he was in a bistro or the Frankfurter Hof, his first oder was always: ‘Champagne’. He drank the whole bottle and didn’t offer me a single drop.» ©Berlinischegallerie

Et pour finir terminons sur une oeuvre plus moderne, à accompagner d’un verre de vin blanc. Tout est dit.

Berlinischegalerie - Marcel Broodthaers - The Manuscrit

Marcel Broodthaers – The Manuscrit (1974)

Marcel Broodthaers - The Manuscrit

L’Objet | Le Sujet

Prost.

Berlinische Galerie
Adresse : Alte Jakobstraße 124-128, 10969, Berlin
Metro : Moritzplatz U-bahn
Horaires : tous les jours sauf le mardi de 10h à 18h
Tarif : 10 euros
Site Internet : http://www.berlinischegalerie.de/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s