Bordelais – Saint-Emilion Grand Cru – Château Valandraud *****

MAJ : juin 2015

Le domaine : « Vin de garage » plébiscité par Robert Parker dans les années 90, le Château accède en 2012 au statut de premier grand cru classé. Créé par le couple Muriel Andraud et Jean-Luc Thunevin (JLT) sur une parcelle de 0,60 hectare, le vignoble en compte aujourd’hui 10. JLT a également développé une activité de négoce (Bad Boy), ainsi qu’un cabinet de conseil (Château La Fleur Cardinale ou Sansonnet par exemple). C’est une personnalité du vin que j’aime bien car malgré sa réussite, c’est une personne qui doute, s’interroge et est toujours dans la recherche d’une plus grande excellence.
Des vins de grande qualité que j’aime faire découvrir à mes amis qui deviennent souvent également des ambassadeurs du Château. La première fois reste souvent un bon souvenir de dégustation, et je trouve que c’est un excellent vin de partage, d’amitié.
Ami, si vous voulez me faire plaisir, offrez-moi une bouteille (même le Bad Boy me fera plaisir).

Les vins dégustés :
Vins du domaine
Château Valandraud – Bordeaux blanc – Valandraud n°1 – 2009
Château Valandraud – Bordeaux blanc – Virginie de Valandraud – 2013
Château Valandraud – Saint-émilion Grand Cru – Virginie de Valandraud – 2011
Château Valandraud – Saint-émilion Grand Cru – 2011
Vins du négoce
Jean-Luc Thunevin – Bad Boy – 2011

 

Château Valandraud – Bordeaux blanc – Valandraud n°1 – 2009

Bordelais - Bordeaux - JTL - Numéro 1 blanc de Valandraud - 2009Date : juin 2015
Lieu de dégustation : salon de la RVF, Paris
Prix : le 2008 est à 59 euros sur le site de Thunevinonline
Cépages : sémillon (50%), sauvignon blanc (30%), sauvignon gris (20%)

Nez : en un mot : solaire ! Ample sur des notes d’agrumes confits, de groseille à maquereau, de vanille.

Bouche : vin puissant, vivant et complexe. De belles notes de fruits exotiques confiturés, agrumes confits, fruits verts, vanille et bois. Corps gras équilibré par une bonne acidité rafraîchissante. Finale longue.

Avis : un véritable bonbon de douceur et d’élégance qui fond en bouche avec un petit côté Paris Brest. Bref un excellent vin à boire seul, ou accompagné d’un repas gourmand et raffiné. Encore une fois, je suis fan.

 

Château Valandraud – Bordeaux blanc – Virginie de Valandraud – 2013

Bordelais - Bordeaux blanc - Virginie de Valandraud - 2013Date : juin 2015
Lieu de dégustation : salon de la RVF, Paris
Prix : 29 euros sur le site thunevinonline.com

Robe : jaune d’intensité medium à reflets verts.

Nez : net, d’intensité medium plus, dominé par des notes végétales de groseille a maquereau, de fruits verts. Également des notes d’agrumes, de fruits jaunes et d’élevage (légèrement vanillé).

Bouche : vin ample, corps gras, acidité rafraîchissante, alcool medium. Les arômes sont soutenus, on décèle toutes les notes découvertes au nez. C’est structuré, équilibré et plutôt dense pour un blanc. Pointe de sucrosité en finale.

Avis : un vin ample et gras, parfait sur un beau repas de poisson ou mieux encore sur un repas asiatique.

Château Valandraud – Saint-Emilion Grand Cru – Virginie de Valandraud – 2011

Saint-Emilion Grand Cru - Virginie de Valandraud - 2011 - Insta

Date : mai 2014
Lieu de dégustation : le salon de la RVF, Paris
Prix : entre 40 et 50 euros
Encépagement : 65% merlot, 25% cabernet franc, 5% cabernet sauvignon, 4% malbec, 1% carmenère

Robe : rubis intense.

Nez : délicat sur des arômes de fleurs et de fruits rouges et noirs.

Bouche : une attaque douce mais ferme. Les tanins sont encore un peu astringents, mais laissent présager une dégustation bien agréable dans 2-3 ans. Une jolie longueur sur le réglisse et le toasté, tout en finesse.

Avis : féminin (par ses attributs délicats et fins) mais puissant, ce vin ne cherche pas à rouler des mécaniques, mais offre une dégustation élégante. Intense mais gracieux, il a su développer sa propre identité, son propre style malgré son statut de « second vin ». Chapeau.

Accord :  pintade farcie.

 

Château Valandraud – Saint-émilion Grand Cru – 2011

Saint-Emilion Grand Cru - Chateau Valandraud - 2011 - Insta

Date : mai 2014
Lieu de dégustation : le salon de la RVF, Paris
Prix : ?
Encépagement : 65% merlot, 25% cabernet franc, 5% cabernet sauvignon, 4% malbec, 1% carmenère

Robe : rouge encore rubis intense.

Nez : le nez n’est pas exubérant comme on pourrait le penser de ces super bordeaux, mais tout en finesse, en délicatesse et en je-ne-me-dévoile-pas-tout-de-suite. Cela passe par des beaux fruits rouges puis noirs bien mûrs, mais encore fermes, on est loin de la confiture. L’élevage est présent sans exubérance, un peu en mode Viggo Morgenstein (c’est moi le roi, mais ce n’est pas la peine que je le dise, je le porte sur moi).

Bouche : magique. Tout ce que j’ai à dire c’est que c’est beaucoup moins explosif que les autres vins Thunevin, mais que le maître mot est ici sophistication. Élégant et puissant, ce vin joue sur les fruits mûrs mai sans show-off.

Avis : le Graal absolu. La première fois que j’en ai bu c’était sur ce même salon en mai 2013, et j’avais pris une sacrée claque. Moi qui pensais que le marketing à lui seul avait fait la légende, je me suis excusé intérieurement auprès de JL Thuvenin. Ce monsieur mérite son aura vigneronne même si sa réussite est également due à son sens du business… mais comme celui de Philippe de Rothschild. Boumchickiboum.

Accords : tournedos rossini.

 

Jean-Luc Thunevin – Bad Boy – 2011

Bordeaux - Bad Boy - 2011 - Insta

Date : mai 2014
Lieu de dégustation : le salon de la RVF, Paris
Prix : 15€
Cépages : merlot et cabernet sauvignon

Robe : intense sur du rubis tirant vers le noir.

Nez : sur les fruits noirs, la vanille et le bois. Pas vraiment complexe, mais intense.

Bouche : la première chose qui m’est venue à l’esprit lorsque j’ai porté ce vin à mes lèvres est le mot « BOMBE ». Très littéralement ce vin est une bombe aromatique quand on le boit.

Avis : une bombe qui explose, mais qui ne tient pas la longueur. C’est un peu dommage, mais pour 15 euros, j’achète tout de suite une caisse, et je sors une bouteille à chaque dîner avec des potes juste pour voir leur tête, lorsqu’ils boiront la première gorgée. C’est vraiment bon, et ça a le mérite d’être bordelais mais cool.

Accord : un hamburger « de luxe ». Yes, Madam.

Publicités

8 réflexions sur “Bordelais – Saint-Emilion Grand Cru – Château Valandraud *****

  1. Pingback: Bordelais – Bordeaux blanc – Valandraud n°1 – 2009 | Larry Levan

  2. Pingback: Bordelais – Saint-émilion Grand Cru – Virginie de Valandraud – 2011 | Larry Levan

  3. Pingback: Saint-émilion Grand Cru – Château Valandraud – 2011 | Larry Levan

  4. Pingback: Bordelais – Bordeaux – Bad Boy – 2011 | Larry Levan

  5. Pingback: Mon top 9 des vins – toutes catégories confondues | LARRY LEVAN 20

  6. Pingback: Quel vin boire quand on a une (petite) déprime ? | LARRY LEVAN 20

  7. Pingback: PE B – Quel est le meilleur vin au monde ? | LARRY LEVAN 20

  8. Pingback: FAQ – comment traduire en français courant ce qu’il y a écrit sur une étiquette de vin ? | LARRY LEVAN 20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s