A lire – Châteaux Bordeaux, la BD

Culture_BD_Chateau_Bordeaux_1
Ah, qu’il est agréable d’être emmitouflé sous son plaid, un verre de porto dans une main et une bande dessinée dans l’autre (quand c’est l’hiver, sinon c’est weird). La seule difficulté consiste à tourner les pages, mais si on est assez bien assis, on peut s’aider de ses cuisses pour faire office de pupitre et plus facilement les tourner avec une seule main (fascinant, n’est-ce pas ?).

Bon, tout ça pour dire que je lis Châteaux Bordeaux en ce moment. Et que les premiers tomes sont plutôt bien. Y a du vin, des femmes aux formes plantureuses, une intrigue qui tient la route (en tout cas au début) et… Michel Rolland. Soit.

C’est pas mal, vraiment, cela permet d’avoir une petite initiation sur comment cela se passe dans les vignes. C’est tout à fait lisible et compréhensible pour les néophytes et donne une certaine vision de la « vie de château » viticole. D’ailleurs, les commentaires des lecteurs que vous pouvez lire sur les forums ou autres sites sont autant d’avides wine-lovers que des lecteurs de Corbeyran.

J’ai cependant deux remarques :

  • Il manque un peu de dessins sur le vignoble, en tant que paysage et acteur de l’intrigue. Pour que cela soit vraiment une aventure sur la terre bordelaise, on aimerait voir la vigne, ses couleurs en fonction des saisons, le sol qui la fait grandir. C’est bête, ces plans, qui font une belle partie de la crédibilité de l’excellent film Tu seras mon fils manquent ici. Ils auraient rythmé l’évolution de l’action et montré l’immuable chemin vers la vie, le renouveau et l’aventure. « Les hommes partent, mais la terre reste » peut-on lire dans un des livres de Pearl Buck (rien à voir), et pour que l’intrigue soit l’histoire d’un château, je pense que ce sont les aventures du domaine que l’on devrait suivre plutôt que celle de l’héroïne (qui ne peut pas s’empêcher de mettre des décolletés sur toutes les couvertures). Que l’on revienne aux racines (du Chêne) !
  • Mon second commentaire est sur la multiplication des intrigues qui ne sont pas toujours très subtiles. On sait que le bordelais regorge de petites histoires et manigances qui alimentent les grands commérages du monde vinicole mais là, on ne sait plus trop comment cela va évoluer. Comme dans le vin, on devrait avoir une attaque forte avec une intrigue centrale, et faire évoluer cette lecture grâce à des complots qui gravitent autour. Or arrivé à la fin du tome 4, on est un peu perdu. Quelle est l’intrigue principale ? Quel est le sens des événements qui gravitent autour ?

Bon, ne soyons pas trop sévère, on passe quand même un bon moment et c’est toujours facile de critiquer quand on est allongé sur son canapé. Nul doute que j’irai commander le tome 5 à la Friche dès sa sortie en mars. Tiens, d’ailleurs faut que je rachète du porto aussi.

Culture_BD_Chateau_Bordeaux_2

Publicités

Une réflexion sur “A lire – Châteaux Bordeaux, la BD

  1. Pingback: 10 cadeaux de Noël pour les Wine Lovers | LARRY LEVAN 20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s