Beaujolais – Morgon – Marcel Lapierre ****

MAJ : mai 2013

Le domaine : vigneron emblématique du Beaujolais, connu comme le « pape des vins natures », Marcel Lapierre a fait de son vignoble une des références en termes de vins. Connu pour son avant-garde et son respect de la nature, il a formé de nombreux vignerons à sa philosophie que l’on retrouve aujourd’hui en Vallée de la Loire, en Bourgogne, dans le Languedoc mais également à l’étranger. Son fils Mathieu est revenu au domaine en 2005, et travaille depuis le décès de son père avec ses deux sœurs pour continuer à mettre en avant les richesses de leur vignoble de 16 hectares dans le Beaujolais.
Les vins sont principalement en appellation Vin de France, sauf leurs cuvées en Morgon (Morgon et Morgon Côte de Py) qui sont considérés comme de véritables pépites et que l’on retrouve sur les plus grandes tables du monde à Paris, comme à Tokyo ou à New York.
Pour en savoir plus sur la philosophie de cette maison, découvrez l’ouvrage de Sébastien Laplaque, Chez Marcel Lapierre.

Les vins dégustés :
Marcel Lapierre – Raisins gaulois – 2012

 

Marcel Lapierre – Raisins gaulois – 2012

 

vin-gauloisDate : mai 2013
Lieu d’achat : dans une très jolie cave à vin, la Cave des vins magnifiques (pentes de la Croix-Rousse), Lyon

Prix : moins de 8 euros si mes souvenirs sont bons (mais je le vois plus souvent à plus de 10 euros sur Paris)
Cépage : 100% gamay
Lieu de dégustation : chez ma pote C. qui m’avait prêtée son appartement à la Croix-Rousse (un week-end où on se les gelait et où il pleuvait -heureusement que le vin était là pour un peu me consoler)

Robe : joli rouge brillant
Nez : fruits rouges (cerises, framboises), et on sent comme une bonne vieille odeur végétale.
Bouche : nez confirmé sur les fruits rouges, mais grosse grosse acidité. Dommage.

Avis : vin de soif (en anglais thirst-quenching wine, difficile à dire, non ?) par excellence bien qu’un peu décevant sur la partie fruit car plutôt acide, pas assez chaleureux et gouleyant. A réserver à des apéros tardifs au bord de la Seine ou en jouant à la pétanque dans la garrigette.
N’achetez la bouteille que si le prix n’excède pas 9 euros ; j’ai trouvé la bouteille a des prix très élevés chez des cavistes qui spéculaient sur le capital marketing de l’étiquette (qui est il est vrai, très très bien réussi – dessin de Siné).
Un peu d’histoire sur ce vin et surtout son illustre feu producteur : Marcel Lapierre fut l’un des premiers vignerons à défendre et promouvoir les vins non soufrés. Ses vins naturels, avec ces arômes de fruits sont d’ailleurs des modèles pour de nombreux vignerons suivant cette mouvance. Le New-York Times parle de ses « happy-go-lucky wines » et c’est, à mon avis, une très belle définition.

Accords : apéroooo

Publicités

2 réflexions sur “Beaujolais – Morgon – Marcel Lapierre ****

  1. Pingback: Beaujolais – Christophe Pacalet | LARRY LEVAN 20

  2. Pingback: FAQ – comment traduire en français courant ce qu’il y a écrit sur une étiquette de vin ? | LARRY LEVAN 20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s